D’origine Française, née en 1990, Clara Bryon vit et travaille à Montpellier. En 2016 elle obtient son diplôme d’architecture à Montpellier, primé par le jury.

Inspirée par les architectes Tadao Ando et Louis Khan, elle développe un travail sur l’architecture mêlant lumière, matière et rapport au corps, cherchant à développer un équilibre entre force et délicatesse.

Le titre de l’exposition Contre jour nous évoque instantanément la lumière, élément qui a une place prépondérante dans la peinture de l’artiste, mais qui n’est pas l’objet central comme nous l’explique Clara : « La recherche de la lumière est l’une des parties les plus visibles de mon travail mais pas la plus importante, ce n’est qu’un « outil ». Ce qui m’importe le plus c’est révéler la délicatesse des éléments construits et montrer la richesse des émotions qu’ils peuvent procurer. De la petite à la grande échelle. Par exemple, créer un mur avec une arrête agressive et tranchante mais l’adoucir avec un arrière-plan que l’on discerne peu mais qui rassure. Ou encore, fabriquer un intérieur menaçant et obscur et l’apaiser avec un reflet de lumière qui vient parcourir la paroi et adoucir la scène. J’essaye de recréer toutes les sensations/émotions que je ressens moi-même face à ces objets qui peuvent être : menaçant, réconfortant, doux, tranchant, protecteur, enveloppant, fort, simple, rude, etc. »

Clara cherche à donner une forte présence physique à ses œuvres en créant des grands formats qui habitent l’espace. De cette façon, l’œuvre plus qu’une image devient un objet dans lequel le spectateur peut se projeter. Un espace entre hyperréalisme et abstraction où le visiteur peut laisser libre court à son imagination.

Zélie Durel

 

 

Article paru dans la Gazette de Montpellier le 24/01/19
Article paru dans la Gazette de Montpellier le 11/04/19